Site du Député de la Manche et Conseiller Régional de Normandie

Stéphane Travert interroge le Gouvernement sur les mesures à prendre pour lutter contre les dégâts provoqués par les colonies d’étourneaux en Centre Manche

étourneaux

Observation de colonies d’étourneaux avec des représentants d’organisations agricoles de Gorges sur le site de la tourbière de Baupte – jeudi 12 janvier 2017

Par une question écrite publiée ce mardi 17 janvier 2017 au Journal officiel, le député Stéphane Travert a souhaité appeler l’attention du Ministre de l’Agriculture sur les dégâts importants provoqués dans les exploitations agricoles par les populations croissantes d’étourneaux (sturnus vulgaris) notamment dans le centre du département de la Manche. La Manche avec son climat doux et ses zones humides de marais constitue en effet une zone d’accueil privilégiée des populations migratrices d’étourneaux durant l’hiver. Ces colonies d’oiseaux migrateurs, qui, selon les spécialistes, sont évaluées entre 600 000 et 1 million d’oiseaux provoquent, à la fois, des destructions très importantes de semis de céréales, des souillures des silos de maïs et des couloirs de distribution du bétail, des dégradations de sites sur les zones protégées de regroupements nocturnes dans le parc national régional du Cotentin et du Bessin. Selon les organisations professionnelles, les coûts cumulés (pertes de production, investissements pour la protection des bâtiments, prévention sanitaire…) dépasseraient les 5 millions à 6 millions d’euros par an dans la Manche. Ce montant ne constitue que la partie agricole du problème et n’inclut pas les crédits engagés par certaines collectivités locales au titre de l’effarouchement, du nettoyage ou de la protection sanitaire. Si l’arrêté du 30 juin 2015, publié au Journal officiel du 4 juillet 2015, pris pour l’application de l’article R. 427-6 du code de l’environnement a permis de renforcer les modalités de régulation et de destruction de cette espèce nuisible, il n’en demeure pas moins que les difficultés semblent continuer de s’accroître. C’est pourquoi le député de la Manche a exposé ce problème à Stéphane Le Foll et attend une réponse rapide du Ministère pour endiguer ce phénomène.

Catégorie : Uncategorized

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*